Co-chercheurs

Clint Bruce

Historien, Département des sciences humaines, Université Sainte-Anne

Professeur au Département des sciences humaines de l’Université Sainte-Anne, Clint Bruce est titulaire de la Chaire de recherche du Canada en études acadiennes et transnationales (CRÉAcT) [https://www.usainteanne.ca/creact]. Il est également directeur de l’Observatoire Nord/Sud et codirecteur de la revue Port Acadie. Son programme de recherche étudie l’évolution historique de la diaspora acadienne ainsi que ses transformations actuelles. Clint détient un doctorat en études francophones (Brown U.) et une maîtrise en éducation (CUNY). En 2017, il a été nommé chercheur associé de l’Institut Wilson d’histoire canadienne (McMaster U.). Ses travaux ont paru dans divers ouvrages et revues comme Francophonies d’Amérique, Recherches sociographiques, Histoire engagée et Anthropological Quarterly. Il prépare actuellement deux livres : Afro-Creole Poetry in French from Louisiana’s Radical Civil War-Era Newspapers: A Bilingual Edition, à paraître en 2020 chez The Historic New Orleans Collection, et un manuscrit, L’expérience acadienne au temps de l’esclavage : Désirée Martin et les siens en Louisiane créole.

clint.bruce@usainteanne.ca

Joanne Burgess

Historienne, Département d’histoire, Université du Québec à Montréal (UQAM)

Joanne enseigne l’histoire socio-économique et urbaine du Québec et du Canada et intervient dans la formation en muséologie. Depuis 2006, elle dirige le Laboratoire d’histoire et de patrimoine de Montréal, une équipe de recherche en partenariat (FRQSC, 2016-2020). Ses projets récents s’intéressent aux représentations du Montréal victorien, à l’histoire des pratiques et des espaces commerciaux dans la ville, ainsi qu’à la géographie et aux modalités de l’approvisionnement alimentaire de la métropole. Ses réalisations témoignent de recherches fondamentales et appliquées, souvent menées en partenariat avec le milieu, et de leur diffusion au moyen d’un éventail diversifié de média. Ses travaux été récompensées, notamment par le prix Acfas André-Laurendeau 2015 et l’Ordre de Montréal (2017). En 2017, elle a été nommée à la Commission de toponymie du Québec.

burgess.joanne@uqam.ca

Marie-Hélène Côté

Linguiste, Section des sciences du langage et de l’information, Université de Lausanne

Marie-Hélène Côté est professeure de linguistique générale à l’Université de Lausanne depuis 2016. Diplômée du MIT, elle a d’abord été professeure à l’Université d’Ottawa et à l’Université Laval. Elle se spécialise dans la description et l’analyse des systèmes sonores des langues, appréhendés dans leur diversité géographique, sociale et stylistique et les liens qu’ils entretiennent avec les autres composantes du langage. Elle co-dirige depuis 2010 le programme international Phonologie du français contemporain (PFC; www.projet-pfc.net), qui s’appuie notamment sur la constitution d’un grand corpus de français parlé à travers l’espace francophone. Dans ce cadre, elle a rassemblé un imposant corpus de français québécois (plus de 450 locuteurs répartis à travers le territoire).

marie-helene.cote@unil.ch

Lisa Dillon

Historienne, Département de démographie, Université de Montréal

Co-responsable du Registre de population du Québec ancien (RPQA) du Programme de recherche en démographie historique (1760-1852) de l’Université de Montréal, elle est l’une des grandes spécialistes de la démographie historique de la famille et du vieillissement au Canada et aux États-Unis. Elle est par ailleurs activement engagée dans le développement d’infrastructures de recherche à partir des recensements anciens, ce dont témoignent sa collaboration au North Atlantic Population Project (NAPP), au Canadian Families Project et à la création du corpus complet du recensement canadien de 1881 (PRDH), ainsi que sa participation à l’Infrastructure intégrée des micro-données historiques de la population québécoise (IMPQ). Elle est l’auteure de The Shady Side of Fifty: Age and Old Age in Late Victorian Canada and the United States (2008).

ly.dillon@umontreal.ca

Robert Englebert

Historien, Département d’histoire, Université de Saskatchewan

Robert Englebert est historien de l’Amérique française au XVIIIe siècle et il est spécialiste de l’histoire de la traite des fourrures, du pays des Illinois et des relations franco-autochtones. Il a publié dans les revues Ohio Valley History (2018) et French Colonial History (2017). Il est coéditeur de l’ouvrage collectif, French and Indians in the Heart of North America, 1630-1815 (Michigan State University Press, 2013), et il vient juste de finir un deuxième ouvrage coédité, French Connections: Cultural Mobility in North America and the Atlantic World, 1600-1875, qui paraîtra 2021.

robert.englebert@usask.ca

Gérard Fabre

Sociologue, Centre national de la recherche scientifique (CNRS, Paris)

Doctorat d’État ès Lettres et Sciences humaines à l’Université de Provence, Gérard Fabre est chercheur titulaire au CNRS (Centre d’étude des mouvements sociaux, École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris), spécialiste des relations franco-canadiennes. Ses recherches ont donné lieu à un grand nombre de publications dont une recension sélective se trouve sur le site http://cems.ehess.fr/index.php?2532. En collaboration avec Yves Frenette et Mélanie Lanouette, il anime actuellement une anthologie électronique : « Les récits de voyage et de migration comme modes de connaissance ethnographique : Canada, États-Unis, Europe (XIXe –XXe siècles) ». Intégrée à l’Atlas historique du Québec, publication du Centre interuniversitaire d’études québécoises, cette anthologie prend en compte la vision de scripteurs inconnus ou méconnus : elle permet d’élargir les approches de l’altérité culturelle et de ses représentations à d’autres milieux sociaux que les gens de lettres.

gerard.fabre@ehess.fr

Danielle Gauvreau

Démographe, Département de sociologie et d’anthropologie, Université Concordia

Démographe historienne, ses travaux portent principalement sur les questions de fécondité, de nuptialité et de mixité culturelle aux XIXe et XXe siècles. Elle a publié de nombreux articles au sein desquels la dimension du genre est mise en avant-plan pour l’étude des populations du passé. Elle est co-auteure, avec Peter Gossage et Diane Gervais, de l’ouvrage La fécondité des Québécoises, 1870 à 1970. D’une exception à l’autre (2007)  et auteure de l’ouvrage Québec. Une ville et sa population au temps de la Nouvelle-France (1991). Ses recherches récentes et actuelles portent sur les différentes échelles de la mixité culturelle au Québec entre 1881 et 1941 ainsi que sur le phénomène du baby-boom au Canada. Elle dirige présente le projet de recherche Du Québec aux États-Unis. Nouvelle étude socio-démographique de l’émigration canadienne-française, 1850-1970 financé par le CRSH.

dgauvreau@concordia.ca

Éva Guillorel

Ethnologue, Département d’histoire moderne, Université de Caen

Éva est maîtresse de conférence et membre junior de l’Institut universitaire de France. Elle a reçu une formation en histoire, ethnologie et langues celtiques dans les universités de Rennes et Brest (doctorat soutenu en 2008 et publié sous le titre La complainte et la plainte. Chanson, justice, cultures en Bretagne (XVIe-XVIIIe siècles). Elle a ensuite réalisé deux projets postdoctoraux à l’Université Harvard (sur la mémoire chantée dans les pays celtiques) et à l’Université Laval (sur les politiques linguistiques missionnaires en Acadie, 17e-19e s.) entre 2009 et 2011. Elle a été accueillie comme Newton International Fellow à l’Université d’Oxford en 2012-2013 (projet sur la mémoire orale des révoltes de l’Europe moderne). Ses recherches actuelles portent sur les circulations orales entre la France et l’Amérique francophone à l’époque coloniale.

eva.guillorel@unicaen.fr

Sandrine Hallion

Linguiste, Département d’études françaises, de langues et de littérature, Université de Saint-Boniface 

Ses travaux, qui s’appuient sur l’analyse de corpus oraux, portent en particulier sur la description et la comparaison des variétés du français parlé au Canada, surtout dans l’Ouest. Elle a publié plusieurs articles ou chapitres de livre sur cette problématique, souvent en collaboration avec d’autres chercheurs. Elle a également codirigé les ouvrages À l’ouest des Grands Lacs : communautés francophones et variétés du français dans les Prairies et en Colombie-Britannique (R. A. Papen et S. Hallion, 2014) et Les français d’ici : des discours et des usages (S. Hallion et Nicole Rosen, 2018). Dernièrement, deux autres champs se sont ajoutés à ses intérêts de recherche : celui de la didactique du français oral en contexte francophone minoritaire et celui des idéologies linguistiques en francophonie manitobaine.

shallion@ustboniface.ca

Marie-Eve Harton

Sociologue, Département des sciences humaines, Université du Québec à Trois-Rivières

Professeure et spécialiste de l’histoire des populations canadiennes-françaises en Amérique du Nord, Marie-Eve est sociologue et auteure d’une thèse de doctorat portant sur la reproduction familiale au Québec et en Nouvelle-Angleterre au tournant du XXe siècle. De 2017 à 2019, elle a effectué un premier stage postdoctoral à la chaire sur les migrations, les transferts et les communautés francophones de l’Université de Saint-Boniface dirigée par Yves Frenette, suivi d’un second stage à l’Université Concordia sous la supervision de Danielle Gauvreau. Elle est co-chercheuse au sein du projet Du Québec aux États-Unis : Nouvelle étude socio-démographique de l’émigration canadienne-française, 1850-1970.Marie-Eve.Harton@uqtr.ca

Sarah Hurlburt

Littéraire, Département des langues étrangères et de littérature, Whitman College (Walla Walla, Washington)

Sarah Hurlburt s’appuie tant sur sa formation littéraire que sur des travaux généalogiques pour analyser les réseaux intimes, familiaux et communautaires des correspondances franco-américaines du tournant du 20e siècle. À travers une approche micro-historique, ses travaux cherchent à interpréter les frontières identitaires de la diaspora franco-canadienne dans l’ouest des Etats-Unis, avec une attention particulière au rôle joué par les femmes canadiennes-françaises. Elle entame actuellement l’édition numérique d’une correspondance franco-américaine entre le Minnesota et la vallée du Yakima dans l’état de Washington, en collaboration avec Yves Frenette. Elle est également active dans l’organisation régionale Frenchtown Historical Foundation, dont elle est secrétaire depuis 2014.

hurlbuse@whitman.edu

Kris Inwood

Économiste, Département d’économie, de finances et d’histoire, Université de Guelph

Chercheur rompu à l’utilisation des micro-données des recensements anciens, Kris Inwood a des intérêts de recherche qui sont à la frontière de l’histoire, de la démographie et de l’économie. Ses recherches portent sur les questions d’inégalités ainsi que sur les changements dans les conditions de vie et de santé. Il est chercheur principal du projet The Canadian peoples / Les populations canadiennes, projet financé par la Fondation canadienne pour l’innovation (FCI), et il dirige le programme de recherche «Historical Data Research Unit (HDRU)», lequel a pour objectif principal de constituer une série de données longitudinales à partir des recensements historiques canadiens.

Serge Jaumain

Historien, Professeur ordinaire d’Histoire contemporaine, Université Libre de Bruxelles 

Diplômé de l’Université d’Ottawa et de l’Université Libre de Bruxelles, Serge Jaumain codirige AmericaS- le Centre interdisciplinaire d’étude des Amériques. Ses principaux thèmes de recherche portent sur l’histoire de l’immigration belge en Amérique du Nord et l’étude des guides touristiques comme nouvel objet d’histoire. Il a écrit ou dirigé une trentaine d’ouvrages dont Les élites et le biculturalisme, Québec-Canada-Belgique – XIXe-XXe siècle (Septentrion, 2017, avec Alex Tremblay-Lamarche). Membre des comités scientifiques de l’Institut des Amériques (Paris) et de l’Agence universitaire francophone (AUF), il a présidé le Conseil international d’études canadiennes et l’Association internationale d’études québécoises. Il a reçu diverses distinctions parmi lesquelles le prix international du Gouverneur général du Canada  et l’Insigne du mérite de la Faculté des Arts de l’Université de Montréal.

serge.jaumain@ulb.ac.be

Gregory Kennedy

Historien, Département d’histoire et de géographie, Université de Moncton

Gregory Kennedy est professeur agrégé en histoire et directeur scientifique de l’Institut d’études acadiennes à l’Université de Moncton. Son premier ouvrage, Something of a Peaseant Paradise? Comparing Rural Societies in Acadie and the Loudunais, 1604-1755 (McGill-Queen’s University Press, 2014) a remporté le prix CLIO de la Société historique du Canada pour le meilleur ouvrage scientifique portant sur l’histoire de la région du Canada atlantique. Il travaille présentement sur la rédaction d’ouvrage consacré à l’histoire des soldats acadiens de la Première Guerre mondiale et il co-dirige un nouveau projet pluridisciplinaire appelé Repenser l’Acadie dans le monde.

Don Lafreniere

Géographe, Département des sciences sociales, Michigan Technological University

Don Lafreniere is Associate Professor of Geography and GIS at Michigan Technological University and Director of the Geospatial Research Facility and the Historical Environments Spatial Analytics Laboratory.  His research interests centre on creating GIS methodologies for recreating historical environments and spatializing populations.  His recent work includes creating historical spatial data infrastructures for heritage preservation, education, and for modelling social mobility in industrial cities.  He leads the Keweenaw Time Traveler project (www.mapyourhistory.org) which is an interactive online atlas that links multiple historical sources in time and space to promote heritage preservation and public engagement.

djlafren@mtu.edu

Richard Marcoux

Démographie, Département de sociologie, Université Laval 

Professeur titulaire et directeur de l’Observatoire démographique et statistique de l’espace francophone (ODSEF) à l’Université Laval.  Il siège sur les comités de rédaction de différentes revues scientifiques et au bureau de direction de l’Association internationale des démographes de langue française. Il a été président du Comité consultatif sur les statistiques démographiques et sociales de l’Institut de la statistique du Québec de 2008 à 2014 et président de la Commission d’évaluation l’Institut national d’études démographiques (INED) à Paris de 2013 à 2018.  Il préside actuellement le Comité consultatif sur la statistique linguistique de Statistique Canada. Il a été professeur invité à l’Université de Pennsylvanie, à l’Université de Bucarest et à l’Université de Paris 1 – Panthéon-Sorbonne. Il intervient régulièrement dans les médias sur les enjeux démographiques.

richard.marcoux@soc.ulaval.ca

France Martineau

Linguiste, Départements de français et de linguistique, Université d’Ottawa 

France Martineau est professeure éminente à l’Université d’Ottawa, membre de la Société Royale du Canada et titulaire de la chaire de recherche Passages et trajectoires : langues, frontières et idéologies dans la grande région d’Ottawa/Gatineau. Elle a investi un large champ transdisciplinaire, couvrant la linguistique historique, l’histoire sociale et les humanités numériques, du Moyen Âge jusqu’à la période contemporaine. Ses recherches récentes portent sur l’histoire de la langue française en Amérique du nord et le français non standard à date ancienne. Elle a publié et dirigé de nombreux ouvrages sur la francophonie nord-américaine et est également reconnue pour ses éditions de textes de gens ordinaires. Elle dirige le Laboratoire Polyphonies du français (www.polyphonies.uottawa.ca) et a constitué de larges corpus textuels et oraux numériques.

fmartin@uottawa.ca

Wim Remysen

Linguiste, Département des arts, langues et littératures, Université de Sherbrooke

Professeur titulaire en sociolinguistique et en histoire de la langue française, ses recherches portent sur les représentations linguistiques des Québécois et sur la variation du français au Québec, tant dans le passé qu’à l’heure actuelle. Il s’intéresse tout particulièrement à l’évolution du français à Montréal et au rôle de la région métropolitaine dans la dynamique sociolinguistique québécoise. Depuis 2013, il dirige le Centre interuniversitaire sur le français en usage au Québec (CRIFUQ) dont la mission est de faire avancer les connaissances à propos du français utilisé en contexte québécois. Il est aussi rattaché au Centre de recherches interdisciplinaires en études montréalaises (CRIEM, McGill), dont le mandat est d’encourager la recherche sur la métropole dans une perspective interdisciplinaire; il y dirige plus particulièrement l’axe de recherche-action « Langue, appartenance et plurilinguisme ».

wim.remysen@usherbrooke.ca

Étienne Rivard

Géographe, Département des sciences humaines et sociales, Université de Saint-Boniface 

Étienne est un spécialiste des Métis, du métissage et des relations entre autochtones et allochtones au Canada. Ses travaux portent également sur les dynamiques francophones à l’échelle des Amériques. Il a codirigé, avec Yves Frenette et Marc St-Hilaire, le volume de l’Atlas historique du Québec sur la francophonie nord-américaine (2012).

Evan Roberts

Historien, Département de sociologie et d’études de la population, University of Minnesota

Ses intérêts de recherche portent sur l’histoire économique et sociale de l’Amérique du Nord et de l’Australasie des XIXe et XXe siècles. Depuis plusieurs années, ses recherches se concentrent sur les questions relatives aux conditions de vie et de santé en Nouvelle-Zélande des années 1800 à aujourd’hui, ainsi que sur l’économie familiale et le travail des femmes aux États-Unis dans la période circonscrite par la Guerre de sécession et la Deuxième Guerre mondiale. Récemment, Evan a mis sur pied un projet intitulé « Measuring the ANZACs » en collaboration avec le Minnesota Population Center, The Zooniverse, Archives New Zealand et le Auckland Museum. Ce projet vise à créer un corpus de données novateur à partir des données personnelles des soldats néo-zélandais de la Première Guerre mondiale.

eroberts@umn.edu

Marc St-Hilaire

Géographe, Département de géographie, Université Laval

Co-directeur du Centre interuniversitaire d’études québécoises (CIÉQ-Laval), il a récemment co-dirigé l’atlas historique sur la francophonie nord-américaine avec Yves Frenette et Étienne Rivard. En tant que géographe historien, il est l’un des plus grands spécialistes de la reconstitution de la population à l’échelle régionale, provinciale et nationale entre 1852 et 1911. Ses intérêts de recherche portent notamment sur l’évolution continentale des aires matrimoniales ainsi que sur la formation et l’évolution des populations urbaines au Québec. Co-directeur du programme de recherche Population et histoire sociale de la ville de Québec (PHSVQ) et chercheur au sein de l’Infrastructure de recherche sur le Canada au XXe siècle (IRCS), il est un chercheur engagé dans l’innovation des structures de recherche des populations du passé et des bases de données historiques géoréférencées.

marc.st-hilaire@ggr.ulaval.ca

Nicole St-Onge

Ethnohistorienne, Département d’histoire, Université d’Ottawa

Nicole St-Onge est spécialiste des voyageurs et des Métis du centre et de l’ouest du continent nord-américain aux XVIIIe et XIXe siècles. Ses recherches portent spécifiquement sur les voyageurs canadiens-français au sein de l’American Fur Company (1817-1837), l’ethnogenèse métisse dans la Prairie (1780-1881) et la population franco-catholique de Michilimackinac (1780-1850). Elle est l’auteure de nombreux articles et ouvrages sur le sujet, dont notamment Family, Mobility and Territoriality in Metis History (2012) et Saint-Laurent, Manitoba : Evolving Métis Identities, 1850-1914 (2004).

nicole.st-onge@uottawa.ca

Guillaume Teasdale

Historien, Département d’histoire, Université de Windsor

Guillaume Teasdale est professeur adjoint au Département d’histoire de l’Université de Windsor. Il est également Chercheur Associé au Wilson Institute for Canadian History de l’Université McMaster. Spécialiste de la présence française dans l’intérieur de l’Amérique du Nord aux XVIIIe et XIXe siècles, il a codirigé les ouvrages French and Indians in the Heart of North America, 1630-1815 (Michigan State University Press, 2013 ; avec Robert Englebert) et Une Amérique française, 1760-1860 : dynamiques du corridor créole (Les Indes Savantes, 2015 ; avec Tangi Villerbu). En 2016, il a obtenu une Subvention de développement Savoir CRSH pour son projet intitulé « Aller faire souche au-delà des limites de la vallée laurentienne : l’émigration de familles ‘canadiennes’ vers les Grands Lacs à l’ère préindustrielle (1760-1840) ». En 2019, il a publié sa première monographie : Fruits of Perseverance : The French Presence in the Detroit River Region, 1701-1815 (McGill-Queen’s University Press). Il a récemment coécrit, avec Karen L. Marrero, un texte à paraître dans l’ouvrage French Connections : Cultural Mobility in North America and the Atlantic World, 1600-1875 (Louisiana State University Press; codirigé par Robert Englebert et Andrew Wegmann. Ce texte a pour titre : « From Voyageurs to Emigrants : Leaving the St. Lawrence Valley for the Detroit River Borderland, 1796-1846 ».

gteasdal@uwindsor.ca

Marc Tremblay

Démographe, Département des sciences humaines, Université du Québec à Chicoutimi

Professeur de démographie et directeur du Département des sciences humaines et sociales à l’UQAC, ses principales activités de recherche sont articulées autour de l’étude démographique des populations régionales du Québec, dans une perspective historique et génétique. Ses travaux s’appuient en grande partie sur les données et ressources du fichier de population BALSAC. Il a publié une cinquantaine d’articles ou chapitres de livre et présenté une soixantaine de communications scientifiques dans des colloques ou congrès régionaux, nationaux et internationaux. En plus de ses activités au sein du Partenariat Trois siècles de migrations francophones en Amérique du Nord, il est associé au développement de l’Infrastructure intégrée des micro-données historiques de la population québécoise (IMPQ) et de i-BALSAC, une infrastructure multisectorielle pour une cartographie haute résolution de la population franco-canadienne.

marc_tremblay@uqac.ca

Hélène Vézina

Démographe, Département des sciences humaines et sociales, Université du Québec à Chicoutimi (UQAC)

Le programme de recherche d’Hélène Vézina touche des problématiques de démographie historique et de génétique des populations dans un contexte multidisciplinaire. Ses travaux reposent sur l’exploitation des données généalogiques et familiales du fichier BALSAC. Elle s’intéresse particulièrement à la diversité génétique et ethnoculturelle des populations régionales du Québec et aux facteurs démohistoriques qui ont contribué à façonner cette diversité. Depuis 2010, elle est directrice de BALSAC en charge du développement et de l’exploitation du fichier de population. À ce titre, elle a piloté de 2013 à 2018 un projet financé par la Fondation canadienne pour l’innovation (FCI) visant à développer l’Infrastructure intégrée des microdonnées historiques sur la population québécoise (IMPQ). Elle dirige actuellement une nouvelle initiative financée par la FCI qui a pour objectif la création de i-BALSAC, une plateforme multisectorielle destinée à la recherche de pointe en sciences biomédicales et sociales.

hvezina@uqac.ca