Collaborateurs

Peter Dorrington

Littéraire, Vice-recteur à l’enseignement et à la recherche, Université de Saint-Boniface 

Titulaire d’un doctorat en littérature française de l’Université Dalhousie, Peter Dorrington est un chercheur engagé qui œuvre pour le développement de partenariats entre les universités et les communautés francophones de l’Ouest. En 2013, il a organisé la Table ronde itinérante des Francophones et des Métis de l’Ouest canadien qui a réuni plus de 700 personnes, constituant ainsi l’un des exemples les importants d’un dialogue autochtone/non autochtone en terrain communautaire. Ses recherches portent sur le dialogue interculturel et sur le développement de communautés francophones inclusives. En tant qu’universitaire travaillant à l’intersection des questions communautaire, minoritaire et linguistique, il récemment été désigné codirecteur de la revue Francophonies d’Amérique.

pdorrington@ustboniface.ca

Jean-Noël Grandhomme

Historien, Département de sciences humaines et sociales, Université de Lorraine à Nancy

Jean-Noël Grandhomme est professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Lorraine à Nancy. Il est membre du Centre de recherche universitaire lorrain d’histoire (CRULH) et des comités scientifiques du Mémorial de Verdun, du Mémorial de l’Alsace-Moselle et du Musée de Gravelotte. Sa publication la plus récente est : Les Évêques alsaciens-lorrains pendant la Grande Guerre (1914-1918), (dir.), en collaboration avec Marc Feix, Strasbourg, Ercal, 2019.

jean-noel.grandhomme@univ-lorraine.fr

Jean Lamarre

Historien, Département d’histoire, Collège militaire royal du Canada

Jean est un spécialiste de l’histoire américaine. Il enseigne l’histoire des États-Unis, du Canada et du Québec. Il s’est toujours intéressé aux relations entre le Québec et les États-Unis, ce qui a donné lieu à la publication de nombreux articles et livres depuis 1990, dont notamment en 2000, Les Canadiens français du Michigan. Leur contribution dans le développement de la vallée de la Saginaw et de la péninsule de Keweenaw, 1840-1914, ouvrage qui fut publié en anglais aux États-Unis en 2003. En 2006, il publie une étude originale,  Les Canadiens français et la guerre civile américaine (1861-1865). Une autre dimension de leur migration vers les Etats-Unis et en 2009, il publie D’Avignon. Médecin, Patriote et Nordiste, basé sur la correspondance d’un leader des Rébellions de 1837-1838 enrôlé dans les armées du Nord lors de la guerre de Sécession.

jean.lamarre@rmc.ca

https://www.rmc-cmr.ca/fr/histoire/jean-lamarre

Carmen L. Leblanc

Linguiste, Département de français, Université Carlton

Carmen L. LeBlanc est professeure agrégée à l’Université Carleton où elle enseigne la linguistique française au Département de français. Après une carrière en enseignement du français dans la région de l’Atlantique, elle effectue un retour aux études. Diplômée de l’Université d’Ottawa en sociolinguistique variationniste et une spécialisation en études canadiennes, elle a d’abord travaillé sur le français parlé au Québec et en Ontario dans une optique comparative et évolutive avant de retourner à ses racines acadiennes. Ses champs d’intérêts portent actuellement sur les origines, la description et l’évolution des variétés acadiennes de l’est du Canada. Ses recherches s’inscrivent dans une perspective interdialectale et historique et reposent tant sur des corpus d’archives que des entrevues sociolinguistiques. En outre, on y trouve deux fils conducteurs, la variation dans la morphosyntaxe et la grammaticalisation en tant que mécanisme des changements en cours.

carmen.leblanc@carleton.ca

Françoise Le Jeune

Historienne, Département d’études anglaises, Université de Nantes

Françoise Le Jeune est professeure d’histoire britannique et nord-américaine (XVIIIe-XIXe siècles) à l’Université de Nantes. Elle est membre du Centre de recherches en histoire internationale et atlantique (CRHIA). Ses recherches portent sur les colonies nord-américaines dans l’empire britannique (relations politiques, crises, révolutions, migrations). Après une thèse sur l’histoire de la Colombie-Britannique (1997), elle poursuit ses recherches sur les colonies canadiennes. Elle a publié de nombreux articles et ouvrages (Avec A. Ayala, Les rébellions canadiennes vues de Paris (1837-1838), 2011 ; The Feminine Experience in the Margins of the British Empire, 2012; Avec P-A. Linteau et Y. Frenette, Transposer la France durant la grande migration transatlantique (1870-1914), 2017). F. Le Jeune est également présidente de l’Association française d’études canadiennes (AFEC).

Francoise.Le-Jeune@univ-nantes.fr

Paul-André Linteau

Historien, Département d’histoire, Université du Québec à Montréal (UQAM)

Paul-André Linteau, C.M., C.Q., M.S.R.C. est professeur émérite à l’Université du Québec à Montréal, où il a enseigné de 1969 à 2017. Il est spécialiste de l’histoire contemporaine du Québec et du Canada, notamment dans les champs de l’histoire économique et sociale, de l’histoire urbaine et de  l’histoire de l’immigration. Il a surtout orienté ses recherches sur Montréal et, plus récemment, sur l’immigration française au Québec. Il a publié, seul ou en collaboration, de nombreux livres et articles dont Histoire du Canada, Histoire du Québec contemporain, Une histoire de Montréal, France-Canada-Québec. 400 ans de relations d’exception et Transposer la France. L’immigration française au Canada (1870-1914). Il a collaboré à plusieurs émissions de télévision et à des expositions dans des musées.

linteau.paul-andre@uqam.ca

Chris Minns

Historien, Département d’histoire et d’économique, London School of Economics and Political Science

Ses recherches en histoire portent principalement sur le marché du travail, en mettant l’accent sur la migration, l’éducation et la formation et sur la compréhension des différences régionales et internationales en matière de rémunération et de conditions de travail. Il est un spécialiste des méthodes quantitatives en sciences sociales et il a publié des articles sur l’assimilation des immigrants sur le marché du travail ainsi que sur la migration interne au Canada et aux États-Unis entre 1890 et 1930, notamment dans Explorations in Economic History, Journal of Economic History et Economic History Review.

Phi-Vân Nguyen

Historienne, Faculté des Arts, Université de Saint-Boniface 

Phi-Vân Nguyen est professeur adjointe en histoire à l’Université de Saint-Boniface depuis septembre 2017. Elle se spécialise dans l’histoire de la guerre, de la migration et des religions dans le Vietnam contemporain. Ses recherches ont paru dans plusieurs journaux, notamment Sojourn: Journal of Social Issues in Southeast Asia, la Revue historique des armées, French Colonial History et The Journal of Asian Studies. Elle prépare actuellement un livre, dont le titre temporaire est Voting with their Feet: How the 1954 Vietnamese Migrants Became Cold War Refugees, 1954–1995.

Sarah Fayen Scarlett

Historienne, Département des sciences sociales, Michigan Technological University

Sarah Fayen Scarlett enseigne dans les programmes d’études graduées de patrimoine industriel and d’archéologie et elle est affiliée au Historical Environments Spatial Analytics Lab. Elle est co-directrice du Keweenaw Time Traveler, un important projet d’histoire publique. Son projet de livre en cours examine les effets sur les identités de classe et de genre lorsque les paysages industriels et nationaux se sont chevauchés dans les premières banlieues entre 1875 et 1920.

sfscarle@mtu.edu

Yukari Takai

Historienne, chercheuse associée au York Center for Asian Research de l’Université York et professeure auxiliaire d’histoire à l’Université de Windsor

Historienne du Japon et d’Amérique du Nord, elle s’est spécialisée dans les questions de migration transnationale, les femmes et le genre, les frontières et les régions frontalières. Elle est l’auteure de l’ouvrage Gendered Passages: French-Canadian Migration to Lowell, Massachusetts, 1900-1920 (2008). Elle termine actuellement un ouvrage financé par le CRSH sur la transmigration japonaise à travers le Pacifique et la frontière canado-américaine durant l’ère de l’exclusion (1882-1941). Elle dirige également un nouveau projet sur le genre et les relations sociales des Japonais à Hawaii à la fin du XIXe et au début du XXe siècle.

yukari.takai@uwindsor.ca